Confinement et vacances de Pâques : comment organiser la garde partagée de vos enfants ?

Confinement et vacances

L’épidémie de Covid-19 que traverse notre pays et le confinement qui en découle posent des problèmes d’organisation aux parents divorcés qui ont la garde partagée de leurs enfants. Les établissements scolaires sont fermés depuis le 16 mars 2020. Pour les parents, le casse-tête pour faire garder leurs enfants ne fait que commencer.
Vous partagez la garde de vos enfants avec votre ex-conjoint et vous ne savez pas comment vous organiser ? Voici des éléments de réponse pour vous aider à traverser au mieux cette période délicate.

Garde partagée des enfants pendant le confinement : mode d’emploi

Ce que dit la loi

Vous vous demandez si vous avez le droit d’aller récupérer vos enfants chez votre ex-conjoint pendant le confinement ? Bonne nouvelle, la réponse est oui. Le décret du 16 mars 2020 explique la situation en ces termes : « les déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou pour la garde d’enfants » sont autorisés. 
 

N’oubliez pas de vous munir d’une attestation pour aller récupérer vos enfants

Pour aller récupérer vos enfants et pour être en parfaite légalité, vous devez absolument vous munir de l‘attestation de déplacement prévue à cet effet. Vous pouvez la télécharger sur le site du gouvernement ou la retranscrire manuellement. Vous devez préciser le motif du déplacement, la date et l’heure de sortie. À défaut, vous vous exposez à une amende d’un minimum de 135 € et pouvant atteindre 1 500 € en cas de récidive dans les 15 jours.
 

Vous devez récupérer vos enfants ? Prenez toutes les précautions qui s’imposent

Veillez à prendre toutes les précautions qui s’imposent lorsque vous allez récupérer vos enfants. Quelle que soit la distance parcourue et les moyens de transports utilisés, l’application stricte des gestes barrières est indispensable.
Gardez la distance réglementaire d’un mètre avec toutes les personnes que vous croisez. Pensez à bien vous laver les mains avec du savon ou avec un gel hydroalcoolique dès que nécessaire. Appliquez cette même discipline en présence de vos enfants.
Lorsque vous partagez leur garde avec votre ex-conjoint, il se peut que vos enfants aient été exposés à des risques de contamination et qu’ils soient porteurs sains du virus. Pour préserver votre santé et celle des gens que vous serez amené à côtoyer, ne négligez pas le respect des gestes barrières. 
Si vous devez voyager en train ou en bus pour récupérer vos enfants, redoublez de vigilance. Les transports en commun sont un vecteur important de transmission du virus. 

Nos conseils pour gérer au mieux la garde partagée de vos enfants pendant le confinement

N’hésitez pas à discuter avec votre ex-conjoint pour modifier la garde de vos enfants si cela s’avère indispensable

Les écoles sont fermées depuis le 16 mars 2020. Cette situation brusque et soudaine modifie grandement les habitudes de chacun d’entre nous. Les enfants ne vont plus à l’école et les parents doivent s’organiser pour pouvoir s’occuper d’eux. 
N’hésitez pas à discuter avec votre ex-conjoint pour convenir de la meilleure solution à adopter. Vous avez la possibilité de télétravailler depuis votre domicile et de pouvoir garder vos enfants ? Même si ce n’était pas votre semaine ou votre week-end, une réflexion s’impose. Si un seul des deux parents est en mesure de pouvoir accueillir ses enfants chez lui, cette opportunité mérite d’être saisie.

Soyez à l’écoute de vos enfants

Les enfants subissent de plein fouet les effets du confinement. Soyez à leur écoute et essayez de toujours trouver les mots justes pour les rassurer et pour leur expliquer la situation. En cette période de crise sanitaire exceptionnelle, vous devez plus que jamais être attentif à leurs besoins.
Vous êtes en conflit avec votre ex-conjoint ? Il est peut-être temps d’enterrer la hache de guerre pour le bien-être de vos progénitures. Voir leurs parents se disputer ou être continuellement en désaccord ne peut que rajouter du stress à une situation déjà fortement anxiogène. Soyez plus souple. Vos enfants veulent appeler leur père ou leur mère ? Mettez de côté votre rancœur éventuelle et ne pensez qu’à leur bonheur. Pour approfondir le sujet, retrouvez tous nos conseils ici.
 

Maintenez le lien avec vos enfants pendant le confinement

Vous ne pouvez pas être près de vos enfants à cause du confinement ? Vous devez absolument tout faire pour maintenir le lien avec eux. Plusieurs solutions existent.
  Usez et abusez des appels en visio Vous pourrez voir vos enfants et ils pourront vous voir en retour. Il est très important de garder ce lien physique. Le téléphone seul est plus neutre, moins interactif. Vos enfants se sentiront plus proches de vous et souffriront moins de la situation.
  Envoyez un courrier postal Même si les services postaux sont considérablement réduits pendant cette crise sanitaire du coronavirus, vous pouvez envoyer un petit mot écrit à vos enfants. Racontez votre quotidien, dites-leur que vous pensez à eux et évoquez des choses à faire ensemble quand tout ceci sera terminé. Vous leur apporterez du réconfort et leur laisserez entrevoir des jours meilleurs. Si vous le pouvez, joignez un petit cadeau à votre lettre.
  Proposez-leur une activité commune à distance. Proposez à vos enfants de partager une activité avec eux. Cela peut être de suivre la même série au même rythme pour pouvoir en discuter ensemble, un jeu en ligne sur smartphone, etc. N’hésitez pas à être actif et à suggérer des idées pour maintenir ce lien et pour occuper vos enfants pendant le confinement. N’hésitez pas à leur demander de vous soumettre des idées. Vos enfants devront réfléchir et faire preuve d’imagination pour vous proposer des activités. Si l’une d’entre elles semble particulièrement les motiver, soyez enthousiaste et faites-leur plaisir en acceptant leur proposition ! Vous trouverez des idées d’activités en lien avec les nouvelles technologies dans notre article de blog sur l’utilisation de la technologie pour rester en contact avec vos enfants.


Repensez les vacances de Pâques que vous aviez prévues

Les vacances de Pâques bouleversées par le confinement en France

Les vacances de Pâques se dérouleront cette année entre le 4 avril et le 4 mai 2020. Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, l’a affirmé à plusieurs reprises : les cours ne reprendront probablement qu’à compter du 5 mai 2020, au mieux. Autrement dit, les vacances de Pâques se dérouleront à la maison pour de nombreux enfants. Comment organiser la garde partagée pendant cette période si particulière que traverse notre pays ?

Privilégiez le meilleur environnement pour vos enfants

Être confiné est une situation nouvelle pour la grande majorité d’entre nous. Parfois, une hospitalisation ou un accident nous oblige à rester chez nous. Mais ce que nous vivons actuellement est inédit. C’est la première fois que, dans notre passé récent, notre liberté est restreinte de la sorte. ​
Si un des deux parents vit dans un environnement privilégié, par exemple à la campagne, il peut être judicieux de choisir ce lieu de confinement pour les enfants. Vous pourrez sortir vous dégourdir les jambes. Ça ne vous a probablement pas échappé : le Premier Ministre a autorisé les sorties, sous certaines conditions. Vous avez la possibilité de sortir de chez vous dans un périmètre d’1 kilomètre autour de votre domicile, pendant 1 heure maximum. La sortie peut s’effectuer avec les personnes avec lesquelles vous êtes confiné. 

Comment s’occuper en vacances à la maison ?

Les vacances de printemps sont particulièrement appréciées par les enfants. Le beau temps est de retour, les journées sont de plus en plus longues et il souffle un parfum de vacances d’été. Comment ne pas avoir envie d’en profiter en passant la plus grande partie de son temps dehors ? 
Cette année, les vacances de Pâques risquent d’être différentes. La prolongation du confinement qui s’annonce va obliger les parents et leurs enfants à modifier leurs habitudes. 
Vous possédez un jardin ? Vous allez pouvoir profiter du soleil et faire des activités de plein air. Mais que faire si le temps n’est pas de la partie ou si votre logement ne dispose pas d’un extérieur ? Si vous êtes confiné avec vos enfants, profitez-en pour vous divertir ensemble. Retrouvez-vous autour d’un jeu de société, d’un jeu vidéo ou d’un bon film.

Le confinement risque de durer encore de nombreuses semaines. Les vacances de Pâques se dérouleront probablement à huis-clos pour les familles françaises. Vous aviez peut-être des projets de voyages ou de sorties : il va falloir tout remettre en question et vous réorganisez. Grâce à nos conseils, vous savez maintenant exactement comment vous y prendre pour gérer au mieux cette situation. Les maîtres-mots sont le dialogue, la prudence et l’imagination pour maintenir le contact avec vos enfants.

Confinement et garde des enfants (GA ou DVH) : les choses s’éclaircissent et s’organisent

Confinement, garde partagée

Le témoignage d’Arnaud, Webmaster du site « Osez la garde alternée »

1er temps : l’inquiétude

Avec l’instauration d’un confinement décidé par le gouvernement français à compter du lundi 16 mars 2020, de nombreux parents séparés se sont inquiétés, ne sachant pas comment s’organiseraient garde alternée ou DVH.

Il faut dire que certains, avant même cette décision, se sont trouvés confrontés au refus de l’autre parent de leur confier les enfants, alors même que personne dans la famille ne présentait ni risques ni symptômes. Via le formulaire de contact de mon site web, j’ai dû moi-même gérer des messages aussi opposés que « Ma fille doit aller chez son père ce WE, puis-je m’y opposer ? » ou « Je travaille et je ne pourrai pas gérer les enfants seul(e), savez-vous si nous pourrons continuer à faire une garde alternée si le confinement est décidé ? ». Sur les forums juridiques, on a vu des avocats rappeler que s’opposer aux rythmes établis, garde alternée ou DVH, s’apparente à une non présentation d’enfant … mais beaucoup suggéraient dans le même temps que, la justice étant elle aussi au ralenti, les poursuites ne seront certainement pas engagées.

2ème temps : la clarification

Heureusement, le gouvernement a pris en compte la situation des parents séparés (on imagine aisément que plusieurs membres du gouvernement y sont eux-mêmes confrontés). Ainsi, la prise en charge des enfants pour les conduire d’un foyer à l’autre, fait partie des exceptions au confinement, sous réserve de bien compléter le formulaire ad-hoc. Les informations ont été communiquées sur la page https://www.osez-la-garde-alternee.fr/coronavirus-et-garde-alternee/index.html et sont mises à jour régulièrement.

3ème temps : la gestion

La deuxième difficulté à laquelle les parents doivent faire face est celle de la continuité pédagogique. Les établissements d’enseignement ont envoyé des consignes et se sont organisés dans l’urgence. Plusieurs média se sont également mobilisés, tout comme des éditeurs de manuels scolaires. On peut saluer l’initiative de France 4 qui a bouleversé ses programmes à compter de ce lundi 23/03 pour diffuser des programmes pédagogiques dispensés par des enseignants. Le CNED a largement communiqué sur son dispositif « Ma classe à la maison » . J’ai recensé ces initiatives et d’autres sur une page spécifique : https://www.osez-la-garde-alternee.fr/coronavirus-et-garde-alternee/coronavirus-confinement-et-continuite-pedagogique.html.Dans cette situation, 2houses joue pleinement son rôle puisque ce service permet d’échanger efficacement, en les archivant, les documents fournis par les enseignants, mais aussi de maintenir le lien et la continuité entre les parents.

Confinement

Quelques conseils supplémentaires

N’oublions pas que les enfants ont besoin :

1- que leurs rythmes ne soient pas bouleversés : le rythme de garde en fait partie, le rythme quotidien également (heure du lever, des repas, des leçons …)
2- de se reposer, de s’ennuyer un peu pour laisser voguer leur imagination, de faire de l’activité physique …

Deux dernières choses :

– pensez à maintenir le contact entre les enfants, j’ai pour ma part créé des adresses mail pour les enfants (8 et 11 ans) et proposé qu’ils communiquent avec leurs amis par ce biais, ils peuvent ainsi s’aider pour les leçons, et échanger tout simplement.

– une surveillance médicale rapprochée des enfants comme des adultes s’impose évidemment, avec prise de température au moindre doute.

Si l’un des deux parents est atteint, a côtoyé une personne atteinte ou est tout simplement dans l’impossibilité d’assurer la garde du fait d’une mobilisation professionnelle, évidemment il semble logique que les enfants soient dans l’autre foyer. C’est aussi un des avantages de la garde alternée que de pouvoir se relayer quand nécessaire. Peut être même certain(e)s le réaliseront-ils(elles) à cette occasion.

Quelques témoignages qui vous aideront peut-être à mettre votre propre système en place:

« En ce qui nous concerne, nous sommes en garde alterné. Le confinement à commencer alors que les enfants étaient chez leur père. nous en avons 3 : 8 ans, 11 ans et 14 ans.

Etant en bon terme, nous avons pas eu de mal a convenir de les laisser avec lui car ils sont mieux chez lui vu que c’est dans une ferme a la campagne.

Pour le moment, je vais respecter un confinement total de 15 jours afin de savoir si je suis safe et puis on verra si je tente d’aller les voir.

En attendant, on se fait des visio assez régulièrement enfin quand les enfants veulent bien car ils ont d’autre priorité que moi ! donc ça me rassure, ca veut dire qu’ils vont bien et que je leur manque pas ! »

Amélie, Bergerac

« Je suis en garde alternée une semaine une semaine mais depuis le début du confinement on a modifié la garde pour une garde exclusive pour moi le père, ceci au vue de la profession de la mère, infirmière libérale (donc au contact des malades du coronavirus). Décision en accord avec la mère bien sur.

On reprendra la garde alternée une fois le risque de contamination passé, et on avisera comment compenser partiellement le temps passé des enfants exclusivement avec moi, mais ceci étant dans un soucis de confinement des enfants et de ne pas les exposer à une contamination. »

Michaël, France

« Mon ex-mari et moi avons décidé de réorganiser la garde de nos enfants sur des périodes plus longues, pour éviter de sortir fréquemment. En fait, même si nous sommes proches (10 km de distance), nous vivons dans des villes différentes. Le gouvernement a suggéré de ne pas déménager dans d’autres villes si vous n’avez pas de bonne raison ou de nécessité.

Donc maintenant, les enfants restent avec chacun d’entre nous pendant 5-6 jours et ensuite ils vont chez l’autre parent.

Parfois, le problème est l’étude à la maison. Nous avons de la chance, car nous avons deux ordinateurs dans chaque maison, car nous sommes des travailleurs avisés. Mais maintenant, nous devons partager nos ordinateurs avec nos enfants, pour leur permettre de regarder les leçons en streaming et de faire leurs devoirs. C’est parfois difficile, car les horaires des leçons et du travail coïncident. »

Carolina, Italie

Comment créer un Calendrier de Garde Alternée pour l’Eté

Garde alternée pendant les vacances

L’un des aspects les plus difficiles d’un divorce? Trouver une manière d’en préserver vos enfants afin qu’ils grandissent et se construisent tout en s’épanouissant, et non l’inverse.

Ce voyage, qu’ils n’ont pourtant pas choisi d’entreprendre, ce sont eux, fragiles et vulnérables, qui en font le plus les frais lorsque deux adultes se séparent. Il existe cependant des moyens d’atténuer les conflits, afin de remettre de l’ordre et de rétablir une routine dans la vie de vos enfants.

En supposant que vous avez la garde partagée, il est essentiel de mettre en place un planning de garde ferme et précis.

Pour faire court, il s’agit d’un calendrier de garde alternée qui dicte le temps que chaque parent passera avec les enfants. Vous avez peut-être déjà mis en place un tel planning de garde en vous basant sur le calendrier scolaire. Cela fonctionne en effet très bien pendant l’année scolaire, mais qu’en est-il des grandes vacances d’été? Il n’est pas nécessaire de laisser ce changement de routine mettre à mal tous vos efforts pour maintenir un équilibre dans la vie de vos enfants.

Aujourd’hui, nous vous partageons quelques stratégies efficaces pour établir un planning de garde qui permette à vos enfants de profiter du soleil et de la famille durant cette saison.

Vous êtes prêt à en apprendre davantage ? C’est parti!

Définir un Planning de Garde pour les Vacances d’Eté

Avant de rentrer dans le vif du sujet, votre ex et vous devrez déterminer exactement les dates de début et de fin de ce calendrier estival. La plupart des parents se basent sur le calendrier scolaire officiel de leurs enfants. Si vous en avez la possibilité, il est judicieux de l’utiliser. En effet, cela permettra de perturber le moins possible la routine de vos enfants.

Deux options s’offrent alors à vous pour déterminer le début et la fin de votre planning de garde:

  • Choisir, chaque année, les dates exactes de début et de fin du calendrier scolaire
  • Choisir des dates fixes qui vous serviront tous les étés

Une planning de garde construit autour de la première option pourrait ressembler à cela:

  • Les vacances d’été commencent à 16h le 29 Juin 2020 (dernier jour d’école) et se terminent à 8h le 7 Septembre 2020 (premier jour d’école).

Un calendrier construit selon la deuxième option pourrait ressembler à cela:

  • Les vacances d’été commencent le dernier vendredi de Juin et se terminent le premier lundi de Septembre.

Avez-vous remarqué la différence? Le premier est plus rigide tandis que l’autre permet une certaine flexibilité avec les dates. Par exemple, le premier lundi de Septembre 2020 tombe le 7 Septembre. L’année suivante, en revanche, il s’agira du 6 Septembre.

Quelle que soit l’option choisie, évitez de définir des dates en utilisant des termes tels que « au milieu de l’été.” Bien que vous puissiez faire les calculs et déterminer le milieu exact, cette formulation est vague et ambiguë. En réalité, la plupart des gens choisissent simplement le 1er Août comme étant le milieu de l’été, même si ce n’est pas toujours précis.

Lorsque vous avez la garde partagée de vos enfants, vous souhaitez un planning de garde aussi équitable que possible. Plutôt que de s’appuyer sur des calendriers papier, essayez d’utiliser des outils de planification en ligne pour créer et partager virtuellement votre calendrier de garde alternée.

Ceci étant dit, de quelle manière, efficace et créative, pourriez-vous diviser votre temps pendant l’été? La bonne nouvelle, c’est que sans l’école et les contraintes qu’elle crée, vous avez beaucoup plus d’options que le reste de l’année.

Jetons un œil à quelques possibilités que vous pourriez envisager:

Inverser le Planning de Garde habituel

Votre enfant vit-il actuellement avec maman pendant la semaine, et avec papa un week-end sur deux?

Si oui, envisagez d’inverser ce calendrier. De cette façon, papa aura les enfants pendant la semaine et maman les gardera un week-end sur deux. C’est un moyen simple de donner à l’autre conjoint une pause et d’intégrer un peu de plaisir à une routine standard. De plus, en maintenant les visites à un week-end toutes les deux semaines, les parents peuvent planifier des vacances d’une semaine, qui débordent sur le week-end suivant, sans avoir à modifier le calendrier de garde alternée!

Créer un Planning de Garde totalement nouveau

Les jours de garde que vous avez tout au long de l’année n’ont pas forcément besoin d’être les même pendant l’été! Si les deux parents sont flexibles et ouverts à un changement, pourquoi ne pas envisager de créer une routine entièrement nouvelle pendant quelques mois?

Vous pouvez mettre en place n’importe quel arrangement, du moment qu’il convient à tout le monde. Par exemple, vous pouvez créer une alternance sur deux semaines. Un parent prend les enfants pendant deux semaines puis le second les prend les deux semaines suivantes. Ou alors, vous pouvez essayer un calendrier de garde alternée plus complexe, avec une rotation 2-2-3 par exemple.

Dans ce cas, les enfants seront avec un parent pendant deux jours, puis deux jours avec l’autre parent, et enfin de nouveau avec le premier parent qui pourra profiter de trois jours de week-end. Si vous gardez le même schéma, c’est l’autre parent qui aura les enfants le week-end suivant pour trois jours.

Bien que cette configuration puisse fonctionner, gardez à l’esprit que tous les va-et-vients peuvent être source de confusion et lourds pour toutes les personnes impliquées, en particulier pour les jeunes enfants. De plus longues périodes de rotation permettent aux enfants de se sentir plus stables et en sécurité. Donc, si possible, privilégiez des séjours longs d’une semaine ou plus.

Accorder la Garde Complète à un Parent pendant toutes les Vacances d’Eté

Bien sûr, une autre solution consiste à permettre à un parent d’avoir la garde complète pendant la période estivale. Si c’est le même parent qui a les enfants la majorité du temps pendant le reste de l’année, il est important de communiquer ce calendrier assez tôt pour s’assurer que tout le monde est d’accord avec ce calendrier prolongé.

Planifier des Vacances en Famille

Est-ce que l’un des parents a passé du temps à planifier un voyage épique à Disneyland en Juin alors que l’autre se réjoui d’emmener les enfants découvrir la pêche à la mouche en Août? Vous aurez bien sûr besoin de trouver une autre méthode pour couvrir le reste des vacances d’été, mais vous pouvez déjà commencer par parler de ces plans de vacances.

Tant qu’ils ne se chevauchent pas ou ne créent de conflit, chaque parent peut prendre les enfants pendant les vacances qu’ils ont planifiées.

Par exemple, il est possible d’avoir déjà mis en place un calendrier de garde alternée sur lequel il est spécifié que l’enfant va chez son père tous les week-ends. Bien que cela puisse très bien fonctionner pendant la plus grande partie des vacances de Juin à Septembre, vous pouvez tout de même bloquer un week-end en juillet, pour l’un des parents, afin de profiter de 2 semaines consécutives et emmener les enfants à Disneyland. La même chose est bien sûr applicable pour le séjour de pêche à la mouche en Août.

Cela nécessitera de faire preuve de maturité des deux côtés, car (en fonction de la durée des vacances), il faudra probablement qu’un des parents sacrifie un peu de son temps avec les enfants.

Vous pouvez également adopter une approche différente au moment où vous mettez en place le planning de garde pour l’année entière. Au lieu de bloquer des dates spécifiques pour les vacances pendant les mois d’été, vous pouvez donner à chaque parent un quota de jours pour ce genre d’excursions.

Par exemple, vous pouvez définir les critères suivants:

  • Papa peut prendre jusqu’à 14 jours de vacances avec les enfants pendant l’année.
  • Maman peut prendre jusqu’à 14 jours de vacances avec les enfants pendant l’année.

Si vous faites cela, assurez-vous de définir des règles en ce que concerne la notification des congés. Par exemple, celui qui veut prendre des vacances doit informer l’autre parent au moins 30 jours à l’avance. En retour, l’autre parent a jusqu’à cinq jours pour y répondre, et en informer l’autre si les dates posent un problème avec son emploi du temps.

Conseils utiles pour la Garde Alternée cet Eté

Mis à part ces calendriers bien spécifiques, comment s’assurer que le planning de garde mis en place conviendra au mieux pour tout le monde dans votre famille? Jetons un œil aux différentes démarches que vous pouvez déjà faire avant que la cloche des vacances ne sonne, afin que tout le monde soit sur la même longueur d’onde.

Communiquer et Planifier à l’Avance

La communication est la pierre angulaire de tout mariage réussi mais aussi de tout divorce sain. Plus vous et votre ex communiquez sur les mois à venir, plus il sera facile de parvenir à un accord qui fonctionne bien pour vous deux. Plutôt que d’éviter le sujet, prenez les devants et abordez-le dès que possible.

De cette façon, vous serez en mesure de balayer les préoccupations telles que la planification des vacances et des réunions de famille. Communiquer pour planifier de manière proactive votre temps de garde, vous permettra d’organiser au mieux les choses qui comptent pour vous. De cette façon, les plans de toute la famille et le calendrier de garde ne seront pas régulièrement perturbés par des évènements inattendus.

Parlez avec votre ex et arrivez à un accord sur la façon dont vous allez diviser votre temps avec les enfants. Remettre la conversation à plus tard ou hausser les épaules ne pourra qu’entraîner une grande quantité de stress quelques semaines plus tard. Même si vous ne voulez pas créer un planning de garde très rigide, vous pouvez au moins en établir un flexible, avec néanmoins une certaine structure.

L’Epanouissement de vos Enfants doit rester LA Priorité absolue

Vous souhaiteriez bien sûr organiser les vacances d’été de vos rêves, mais gardez à l’esprit que cette période est un des moments les plus magiques de l’année pour vos enfants. Libérés du stress de l’école, ils ont le temps de jouer à l’extérieur, d’explorer avec leurs amis et de construire tous ces souvenirs qui restent pour la vie.

Il est donc de votre devoir de mettre en place un calendrier de garde alternée adapté, qui ne soit pas un obstacle à l’épanouissement de vos enfants. Pour ce faire, vous devrez les inclure dans la conversation!

Parler à vos enfants et demandez-leur ce qu’ils aimeraient faire cet été. Prenez en compte leurs envies, que ce soit celles des enfants les plus jeunes, qui sont totalement dépendants de vous, ou des plus âgés, qui sont plus autonomes. Ensuite, dans la mesure du possible, discutez avec votre ex pour mettre en place un planning de garde qui prenne en considération les désirs et les souhaits de chacun.

Encourager la Création de Souvenirs

Si votre ex veut emmener les enfants faire une croisière inoubliable, ne faites pas preuve de mauvaise foi ou de rancœur en essayant de vous interposer. Rappelez-vous, au final, à qui profitera ce voyage: vos enfants!

Ceci étant dit, encouragez-les à y aller et souhaitez leur bonne chance. Encouragez vos enfants à s’amuser même lorsqu’ils sont loin de vous, afin qu’ils voient que leur bonheur signifie plus pour vous que vos désaccords avec votre ex-conjoint. Faites-leur comprendre que vous souhaitez qu’ils aient une relation saine et remplie d’amour avec leurs deux parents, et que vous faites de votre mieux pour que ce soit le cas.

S’ils ressentent ne serait-ce qu’un peu de tension ou de tristesse de votre part, les enfants peuvent se sentir coupables et même hésitants à partir en voyage. Rassurez-les en leur disant que vous les aimez et que vous les soutenez, et surtout que vous avez hâte d’entendre le récit de leur voyage à leur retour.

De même, soyez tout aussi respectueux lorsque c’est vous qui réservez les vacances.

Assurez-vous que votre conjoint soit au courant de tous les détails de votre itinéraire afin qu’il ou elle sache où les enfants se trouveront à tout moment. Pensez aux détails que vous aimeriez vous-même connaître si vous étiez dans sa situation, et assurez-vous de lui communiquer! Par exemple, votre ex devrait toujours savoir comment contacter votre enfant, alors n’oubliez pas de l’informer de ces détails!

Remarques sur les Garderies et Centres aérés

Si les deux parents travaillent à temps plein, les enfants passent la majorité de leurs journées d’été à la garderie, au centre aéré ou les deux. Décidez à l’avance qui va coordonner et organiser ces activités.

Si possible, chaque parent sera responsable de déposer ou récupérer les enfants à leurs activités lorsqu’il en a la garde. S’il y a des frais de garde à payer, décidez à l’avance comment ils seront payés.

Réussir son Calendrier de Garde Alternée pour l’Eté

L’été est censé être l’un des moments de l’année les plus relaxants et agréables. Si vous êtes un parent divorcé ou séparé, cependant, cette période peut rapidement devenir l’une des plus stressantes.

Pour éviter le stress, planifiez un planning de garde parentale qui ne laisse aucune inconnue quant à la façon dont vos enfants vont répartir leur temps libre entre leurs parents. Plus vous prendrez ces mesures tôt, plus l’organisation des mois suivants sera facile et agréable!

Êtes-vous un parent seul faisant tout son possible pour aider ses enfants à vivre au mieux le partage de leur temps entre deux maisons? Nous savons combien cela peut être difficile, et nous sommes là pour vous aider.

Sur notre site, vous trouverez une myriade de ressources conçues pour faciliter cette transition, y compris des articles informatifs, un outil de planification en ligne, un système de gestion financière, un outil de messagerie et bien plus encore. Lancez-vous et créez votre compte aujourd’hui!

Le divorce et les enfants : 4 signes à ne pas ignorer

Le fait que le divorce soit quelque chose de commun ne réconforte pas la famille qui passe par là.. Au moins, en tant qu’adulte, vous avez un certain contrôle sur ce qu’il se passe. Pour vos enfants, vous voir vous séparer de votre partenaire – même si le divorce est à l’amiable ou s’il met fin à un mariage très litigieux – est sûrement un peu traumatisant.

Il est donc tout à fait normal de remarquer certains changements chez vos enfants au cours des mois qui suivent un divorce. Vous faites face à un changement sismique dans votre propre vie, alors les choses changent pour vous aussi. Mais cette période peut être très effrayante et angoissante pour les enfants de tous âges, et ils sont particulièrement vulnérables juste après un divorce. Soyez à l’affût de ces quatre signes avant-coureurs potentiellement graves.

Leur comportement régresse

La régression signifie simplement qu’un enfant retourne à un stade de développement antérieur et se comporte « plus jeune » qu’il ne l’est. Par exemple, un enfant de 4 ans qui a été propre pendant un an peut régresser et commencer à avoir des petits accidents après le divorce de ses parents. Un enfant peut aussi recommencer à sucer son pouce ou à avoir besoin de dormir avec une veilleuse après avoir abandonné ces comportements.

Si votre enfant montre une certaine régression, cela pourrait être un signe qu’il se sent anxieux et qu’il veut retourner à une époque antérieure où il se sentait plus en sécurité. En lui offrant beaucoup d’affection et de soutien et en ne la poussant pas à  » re-grandir  » trop vite, vous devriez aider votre enfant à se sentir prêt à progresser à nouveau. Mais si la régression dure plus d’un mois ou si elle est très sévère, contactez votre pédiatre.

Ils sont anormalement déprimés ou anxieux

Se sentir triste et nerveux est malheureusement prévisible lorsque l’on parle de divorce et d’enfants. Cet événement va inévitablement changer les choses, et les enfants sont rarement heureux à ce sujet.

Cependant, la dépression et l’anxiété qui nuisent à la façon de fonctionner de l’enfant ne sont pas normales. Par exemple, un enfant en déprime sévère peut dormir beaucoup plus que d’habitude, sembler désintéressé par les choses qu’il aimait et laisser ses notes baisser. Un enfant anxieux peut être anormalement collant, faire des crises de colère et devenir résistant à l’idée d’aller à l’école. Agissez si vous remarquez un comportement qui pourrait avoir un impact négatif durable sur sa santé, ses amitiés ou son parcours scolaire.

Ils se font du mal à eux-mêmes

Les enfants qui éprouvent des troubles émotionnels expriment parfois cette douleur en se faisant mal. Prenez au sérieux tout signe d’automutilation. Il peut s’agir d’un enfant qui se coupe, se gratte la peau, se brûle, souffre de troubles de l’alimentation (restriction de la consommation d’aliments, coups et/ou purges) et, chez les enfants plus âgés, cela pourrait se manifester par la consommation de drogues et de l’alcool. Consultez immédiatement un psychologue scolaire et votre pédiatre si vous remarquez des signes d’automutilation.

Une autre chose à surveiller en cas de divorce et d’enfants, ce sont les maladies ou les blessures simulées ou exagérées. Parfois, un enfant qui veut réunir ses parents divorcés ou qui a besoin de plus d’attention peut essayer ce stratagème. Cela ne veut pas dire que vous devez présumer que toutes les blessures sont fausses, bien sûr – mais gardez cela à l’esprit.

Ils grandissent trop vite

Le fait que votre enfant s’engage et vous aide davantage peut avoir l’air d’un rêve, mais certains enfants se sentent responsables de leurs parents après un divorce. Votre enfant peut essayer de remplacer le parent absent pour vous rendre heureux ou il peut le faire parce que vous craignez que le ménage ne s’écroule sans qu’un deuxième adulte soit présent. Certains parents nouvellement divorcés commettent l’erreur de trop compter sur le soutien de leurs enfants, les traitant comme des thérapeutes ou des amis plutôt que comme des enfants.

Le divorce est déjà assez difficile. Ne laissez pas votre enfant se sentir responsable de prendre soin de vous. Encouragez bien sûr vos enfants à faire des tâches ménagères adaptées à leur âge et à assumer des tâches qu’ils peuvent accomplir ! Veillez simplement à ce qu’ils sachent que vous êtes l’adulte et que vous occuperez des choses pour qu’ils puissent encore se concentrer sur leur rôle d’enfant.

Surmonter une rupture : 5 conseils pour gérer ses amis en commun après une séparation

surmonter une rupture - 2houses

La fin de votre relation amoureuse ne signifie pas la fin de votre relation avec vos amis en commun. Cela peut sembler intimidant et confus, mais maintenir une relation saine avec votre entourage fait également partie de votre re-construction personnelle.

Si vous êtes séparés et que vous aimeriez savoir comment vous en remettre, alors cet article est fait pour vous. Le divorce reste entre vous et votre compagnon – rester en contact avec vos amis en commun est définitivement réalisable!

1: Ce n’est pas une histoire de parti

Les divorces, même ceux sans problèmes,  peuvent soumettre une pression aux amis en commun. Si votre première envie est de « diviser » vos amis, essayez d’avoir des pensées positives. Les vrais amis respectent les choix de chacun. Au plus vous essayez de faire en sorte que vos amis choisissent un clan, au plus vous leur infligez du stress.

Rappelez-vous pourquoi vous étiez amis;  vous appréciez la compagnie de chacun – rappelez-vous de ça!

2: Gardez une attitude positive quand vous vous séparez

Mettez vous à la place de vos amis. Cette personne veut garder de bons contacts avec vous et votre ex. C’est préférable de garder vos problèmes  et ragots pour vous et non avec vos amis.

Non seulement vos commérages reviendront vous hanter, mais il vous sera préférable de les respecter. Restez concentré sur les relations que vous avez créées plutôt que le reste.

3: Oui, il est normal de perdre des amis

Prenez une grande respiration. Il est rare que vous restiez ami avec tout le monde. Il est tout à fait normal que certaines relations soient en « paire » – vous et votre ex, par exemple – donc ne vous tracassez pas si certains de vos amis s’éloignent de vous.

Nous avons tous des personnes dans notre entourage qui disparaissent petit à petit ; c’est la vie.

Ne vous attendez pas à rester ami avec le meilleur ami de votre ex, il est normal que chacun se tourne vers ses relations préférées. Laissez le temps faire les choses, vos vrais amis resteront toujours à vos côtés.

4: La communication est la clé

Ca peut paraître cliché, mais la communication est réellement la clé. Si possible, communiquez avec vos amis afin de savoir si votre ex sera présent lors de votre sortie. Demandez-vous si vous êtes d’accord de croiser votre ex pendant une sortie entre amis. Si vous préférez limiter le contact, mais que cela ne vous dérange de le croiser de temps en temps, c’est une bonne chose – vous ne devriez ressentir aucune pression  par rapport à ça. Si vous préférez ne plus avoir aucun contact, alors communiquez-le avec vos amis.

Après tout, vos amis sont autonomes et intelligents. Mettez les choses au clair si vous voulez ou non voir votre ex pendant vos sorties. Vos amis vous tiendront au courant!

Evidemment, si possible, discutez avec votre ex à propos de vos relations mutuelles et de celles que vous désirez réellement maintenir. Si votre ex vous demande de ne plus voir certaines personnes, gardez l’esprit ouvert et communiquez clairement ce que vous voulez.

5: Soyez flexible

Avant tout, soyez flexible. Après une séparation ou un divorce, vos amis vont inévitablement changer. Certaines relations vont s’arrêter, d’autres deviendront plus fortes. Restez flexible et réalisez que vos amis sont indépendants et qu’ils ont une vie en dehors de votre séparation.

Laissez-les vivre leur vie et profitez des amitiés que vous avez.

Rappelez néanmoins que même vos meilleurs amis peuvent faire des erreurs. Si vous avez un accord avec vos amis sur le fait que vous ne voulez plus voir votre ex à des évènements, essayez de vous adaptez. Les problèmes de communication, la confusion ou l’oubli peuvent vous amener à la même soirée que votre ex.

Restez positif, respectueux et de bonnes choses se passeront.

Surmonter une rupture

Ce n’est pas facile de surmonter une rupture. La meilleure façon de gérer vos amis communs c’est de leur communiquer vos attendes par rapport à votre ex et vous. Evitez de faire faire choisir des clans à vos amis, restez positif, acceptez les pertes, et soyez flexible.

Suivez ces conseils et continuez de profiter de bonnes amitiés pendant de nombreuses années avec vos amis en commun!

Se reconstruire après une rupture : Quelques conseils pour aller de l’avant

se remettre d'une rupture - 2houses

Peu importe les circonstances, les ruptures ne sont jamais faciles. Un divorce peut entraîner un processus de deuil très semblable à ce qui se produit lorsque vous perdez un être cher. C’est un événement émotionnel réel et très intense. Bien qu’il n’y ait pas de remède magique qui puisse vous aider à vous sentir mieux instantanément, voici cinq conseils pour vous aider à reconnaître ce qui s’est passé et à aller de l’avant.

  1. Prendre sa part de responsabilité

Aucune rupture n’est entièrement la faute d’une seule partie. Pour aller de l’avant, il est important de reconnaître que certaines décisions et certains problèmes étaient les vôtres. Même si votre ex représentait  99 % du problème, le fait d’accepter votre 1 %  de responsabilité peut vous aider à reprendre le contrôle, dans une situation parfois chaotique, et vous empêcher de répéter les mêmes erreurs lors de votre prochaine relation. La communication avec votre coparent sera d’autant plus facile et positive en ce qui concerne les enfants.

  1. Mettre en place un réseau de soutien

Une rupture c’est perdre une partie de votre identité. Cette partie était enveloppée dans l’union avec l’autre. Cela peut être difficile au début alors que vous commencez à reprendre votre vie en main. C’est là qu’intervient votre réseau de soutien. Idéalement, il se composera de quelques amis qui vous sortiront de la maison et vous aideront à réintégrer les cercles sociaux que vous avez peut-être un peu boudés. Il y aura aussi un ou deux amis proches qui prêteront une épaule sur laquelle vous pourrez pleurer lors des moments plus difficiles. Vous pouvez également envisager de faire appel à un professionnel spécialisé dans les questions de transition de la vie, lorsque vous aurez besoin d’une perspective objective.

  1. Changer les choses

Même si déménager dans un autre pays peut sembler une excellente façon d’éviter de croiser son ex en ville, c’est probablement un peu trop drastique. Mais un changement d’environnement peut vous aider à passer à autre chose. C’est le moment idéal pour faire le point : Est-ce que votre emploi, votre maison et vos passe-temps sont vos propres choix et vous conviennent encore ou sont-ils liés à votre précédente relation ? Si quelque chose ne vous satisfait pas ou n’est pas un pas vers votre nouvelle vie, il est peut-être temps de changer. C’est aussi une excellente façon d’être un modèle pour vos enfants et de leur montrer que ce n’est pas parce que les choses ne se déroulent pas comme prévu que vous ne pouvez pas aller de l’avant.

  1. Prendre son temps

Les relations intimes créent des liens très profonds, et ces sentiments ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Cette personne était une partie importante de votre vie, et son absence va laisser un grand vide pendant un certain temps. Ce vide est temporaire, et vous finirez par passer à autre chose, mais vous devez vous donner du temps.

Bonus : Ne sautez pas à nouveau à pieds joints dans une nouvelle relation trop tôt. C’est très facile de passer rapidement dans une relation de transition, mais des ruptures consécutives ne feront qu’aggraver la situation et rendre la reconstruction émotionnelle plus difficile.

  1. Accepter le passé

Alors que vous voulez certainement regarder vers l’avenir, n’oubliez pas que le passé existe. Ce passé aura un impact important sur qui vous êtes aujourd’hui et qui vous serez demain. Essayer de prétendre que tout cela ne s’est pas produit est tout aussi malsain que de rester coincé dans les erreurs et les échecs du passé. Reconnaissez – et peut-être même remerciez – votre rupture pour l’impact qu’elle a eu sur vous et apprenez de vos erreurs avant de passer à autre chose. Organisez une petite cérémonie au cours de laquelle vous regarderez des anciennes photos ou écrirez quelques bons et mauvais souvenirs, ensuite vous les brûlerez pour signifier physiquement le « lâcher prise ».

Signalétique dans les jeux vidéo : protégeons nos enfants

jeux vidéo - 2houses

La période de l’année la plus propice aux cadeaux arrivant à grandes enjambées, nous allons nous intéresser cette semaine à la violence que l’on peut retrouver au sein des jeux vidéo. Pour protéger nos enfants, l’Union Européenne a mis sur pied une réglementation : PEGI. Faisons le point…

Tout d’abord, avant d’offrir un jeu vidéo à un enfant, il faut s’assurer que cela ne procurera aucun préjudice à son équilibre. En effet, à la maison, une console est présente pour plusieurs individus d’âges différents, il faut que chacun puisse y trouver son compte. L’Union Européenne a donc décidé de créer une signalétique, appelée PEGI (Pan European Game Information). Elle tient compte de l’âge conseillé pour jouer à un jeu vidéo, mais également des contenus du jeu pouvant être inappropriés.

A quel âge peut-on jouer à un jeu vidéo ?

Une signalétique de base permettant à tous de jouer, sans violence (les cartoons sont une exception autorisée),  nudité ou langage grossier.
La différence avec la catégorie précédente est minime. Nous constatons dans ces jeux des scènes ou des sons pouvant potentiellement effrayer des enfants.
Nous sommes ici à un âge où nos enfants se sentent plus proche de l’âge adulte, et cette signalétique le démontre clairement. Nous retrouvons de la violence sous une forme graphique ainsi que des grossièretés sans pour autant tolérer les insultes à caractère sexuel.
Nos ados sont devenus grands, nous pouvons trouver dans cette classification de la violence ou un contact sexuel, sans oublier un langage grossier ainsi que l’utilisation de tabac, drogue ou activités criminelles.
Cette rubrique a été créée uniquement pour accentuer la violence et démontrer un certain niveau de violence crue.

Quelles sont les autres indications sur les jeux vidéo ?

Un jeu indiquant cette signalétique contiendra des expressions grossières.
La discrimination est également présente dans les jeux vidéo. Pour lutter contre cela, la réglementation PEGI précise lorsqu’il y en a au sein d’un jeu.
Nous souhaitons tous protéger nos enfants. Sachez que si ce logo apparait sur l’un de ses jeux vidéo, ce dernier pourrait lui faire peur.
Ce fléau qu’est la drogue se trouvera dans ce jeu vidéo. A éviter si vous souhaitez protéger votre enfant de toutes les addictions dangereuses pour la santé.
Les jeux de hasard seront présents dans un jeu comportant cette signalétique. Votre enfant pourrait même y apprendre les règles.
Un jeu vidéo présentant cette signalétique montrera des scènes de nudité ou encore des comportements ou des allusions de nature sexuelle.
La violence, bien qu’expliquée en fonction des âges, sera présente dans ce jeu.
Il sera possible de jouer en ligne à ce jeu, c’est-à-dire à plusieurs afin de s’affronter.

Comme vous le comprenez, le monde du jeu vidéo est ouvert à tous les âges, pour les plus petits dans un but ludique et éducatif alors que pour les plus grands il peut s’agir d’une occupation pour se détendre dans le but de se défouler. La réglementation PEGI proposée par l’Union Européenne vous donnera de bons conseils afin de satisfaire les plus grands et les plus petits. Vous sentez-vous mieux informés à l’heure d’acheter un jeu vidéo pour vos enfants ?

Enfant : quand les nuits virent au cauchemar

enfant - 2houses

La nuit, le corps et la pensée s’expriment à travers le subconscient. Nous revivons les événements de la journée sans barrière. Les enfants aussi s’expriment la nuit de différentes façons.

Le sommeil peut être perturbé quand la journée a été riche en émotions ou que les habitudes ont été bousculées (changement d’écoles, décès, séparation…). Mais dans ce cas, tout rentre bien vite dans l’ordre.
Si la situation perdure, elle et souvent synonyme de mal-être…

Le refus d’aller se coucher pourrait mettre en avant un manque de « présence » des parents. L’enfant veut prolonger le temps qu’il passe avec ses parents en repoussant l’heure du « dodo ».

La peur du noir est une autre forme du trouble du sommeil. Celle-ci se manifeste aux alentours des 2 ans, quand l’enfant découvre que l’on peut ressentir un sentiment positif mais aussi un négatif pour le même individu. Dans le noir, il est seul face à lui-même.

S’il s’agit de cauchemars, rassurez et consolez votre enfant mais ne diminuer surtout pas ce qu’il vient de vivre !
Mais attention, les enfants sont très malins. Le cauchemar est l’excuse idéale pour attirer papa et maman près de soi.

Vient enfin le retour dans le lit de papa et maman. Pourquoi ? C’est un besoin de réconfort, par peur ou c’est un questionnement sur ce que font les parents quand il n’est pas là ? Quelle que soit la raison, ce comportement montre le manque de sécurité.

Vous trouverez plusieurs pistes à explorer dans l’article de psychologies.com

Voici quelques idées  à découvrir sur  le sujet :

  • « Cet enfant qui ne dort pas » aux éditions Albin Michel – voir un aperçu
  • « Peur du noir, monstres et cauchemars, Comment rassurer votre enfant » aux éditions Albin Michel
  • « Chacun dans son lit » aux éditions L’école des loisirs
  • Surmonter la peur grâce aux peluches de Fear hunters

Avez-vous du faire face à ces situations ? Comment les avez-vous gérées ?

Bienvenue dans la planète des doudous !

doudous - 2houses

Nounours en peluche, poupée, bout de tissu coloré, vieux tee-shirt de maman ou de papa ou encore un drap, une couverture, un seul ou plusieurs doudous, aux odeurs parfois improbables, ou tellement usés car ils ont été manipulés et suçotés, nous voici dans l’univers des doudous de nos enfants!

Véritable compagnon de l’enfant, le doudou est symbolique, rassurant et thérapeutique. Les enfants y sont très attachés et l’emportent partout avec eux : ils le serrent, le câlinent, pendant leurs siestes, leurs tristesses ou leurs états de fatigue…

Le choix du doudou

C’est l’enfant qui choisit son doudou, et il va devenir irremplaçable, car il est fabriqué de souvenirs… l’enfant va également choisir les éléments et caractéristiques de son doudou qui lui permettront de se rassurer : couleurs, textures, formes et odeurs…

Que symbolise le doudou ?

Tout petit, l’enfant a besoin de se sentir en sécurité et va s’attacher à un objet ou un doudou vers 8 mois, âge qui coïncide avec ce que l’on appelle plus communément « l’angoisse du 8ème mois ».

Etape clé dans le développement de l’enfant, celui-ci comprend qu’un objet non vu n’est plus un objet disparu…et accepte que la personne qui l’a quitté, papa ou maman, existe toujours mais n’est plus là…

Naissent alors des moments de crainte et d’angoisse, l’enfant éprouvant le besoin de se réconforter avec un objet qui le rassure, le sécurise, et qui l’aide à faire la transition entre la présence de ses « parents présents » et « parents absents » : maman, papa, ou toutes les personnes présentes dans l’environnement proche de l’enfant de façon quotidienne.

Le doudou sert également à aider l’enfant à faire face à des situations telles que l’arrivée à la crèche, à l’école, le départ en vacances, une journée ou un weekend chez les grands parents…

Quand l’enfant se sépare-t-il de son doudou ?

Le plus souvent, c’est l’enfant lui-même qui décidera comme un grand, de se séparer de son doudou. Donc pas d’âge pré requis ! Une fois que le doudou n’est plus indispensable, il devient alors un trophée, posé dans la chambre mais il gardera toujours une place de choix dans leurs cœurs.

Et vous ? Quel est le doudou de votre enfant ? A quoi ressemble-t-il ?

Quand votre enfant a t-il décidé de se séparer de son doudou ?

Racontez-nous ou laissez nous vos commentaires ici.

La timidité, malédiction ou merveilleux talent ?

la timidité et ses remèdes - 2houses

La timidité n’est pas une définition mais plutôt une description, derrière laquelle se cache autant d’histoires… La timidité est une croyance qui se nourrit d’elle-même à  la manière du serpent qui se mange la queue.

Quand on n’y croit plus, elle finit par disparaître.

Ce n’est ni un trait de caractère, ni un signe de personnalité et encore moins une fatalité.

Entre stress stimulant et angoisse paralysante, la palette de la timidité est très variée.

Dans certains cas, elle peut devenir un vrai handicap social, un frein à la vie, car le timide n’a ni droit de parole ni droit de regard.

La timidité peut être une timidité sociale et concerne alors la timidité dans les interactions sociales affectant l’instinct social,  mais elle peut être d’origine amoureuse, et se rapporte spécifiquement aux difficultés rencontrées avec le sexe opposé dans les rapports de séduction.

En cas d’événement tragique, comme la perte d’un emploi, la perte d’un être cher, une séparation ou un divorce, nous perdons tous une partie de nous-même, avec le sentiment de perte de confiance en soi, de repli sur soi, d’angoisse et de timidité.

Le timide organise sa vie afin d’éviter les représailles, parfois destructrices : restaurants, cafés, magasins lui sont interdits, plus aucun espace public ne lui est autorisé et la timidité a raison de lui.

Toutes ses bonnes intentions mille fois reformulées n’ont rien pu y faire et le timide se sent comme marqué au fer rouge.

Mille trucs et astuces peuvent être mises en œuvre pour mettre à plat les barreaux de cette prison invisible…

  • N’ayez pas honte de votre timidité. Assumez- la. Moins vous y pensez, plus vous avez des chances de la faire disparaître.
  • N’ayez pas peur du jugement des autres. Apprenez à accepter les critiques pour progresser.
  • Parlez-en à vos proches, en leur expliquant ce que vous ressentez. Cela vous permettra de vous sentir moins seul.
  • Pratiquez une activité sportive, inscrivez-vous à une activité culturelle ou autre. Cela vous permettra de vous aider à vaincre votre timidité en vous intégrant dans un groupe.
  • Suivez des cours de théâtre, de prises de parole en public
  • Affirmez-vous en osant dire non et créez le contact si possible
  • Soyez positif. Rassurez-vous et dites-vous que vous ne valez pas moins que les autres, que vous êtes tout à fait capable d’y arriver
  • N’hésitez pas à contacter un thérapeute qui pourra vous amener à une compréhension et vous outiller pour vous permettre de vous émanciper
  • Participez à des ateliers ou groupes de parole consacrés à la thématique de la timidité

http://centremergences.be